Rabot à Refendre

Rabot à Refendre, un outil indispensable, lui aussi, pour refendre une planche!

Matériaux

  • Planches de hêtre pour la planche: 320 x 150mm x 30mm
  • Deux cylindres de diamètre 20mm de 150mm de longueur
  • Petit débit de noyer
  • Débit de hêtre de 270mm x 170mm x 30mm
  • Tourillons de diamètre 10mm
  • Colle à bois
  • Huile de Tung
  • Boulon à clé 6 pans diamètre 8mm
  • Rondelle diam ext. 18mm
  • Tasseau pour la découpe de la fente sous la semelle du rabot
  • Vis de diamètre adapté pour fixer la lame lors de la réalisation du trait de scie sous la semelle du rabot

Outils à main

  • Scie à tronçonner
  • Scie à déligner
  • Rabot n°5 1/2
  • Rabot de finition n°4
  • Rabot à recaler
  • Rabot de paume
  • Guimbarde
  • Ciseaux à bois
  • Râpe à bois
  • Vilebrequin
  • Foret Forstner Diam 20mm
  • Foret Forstner Diam 25mm
  • Foret Forstner Diam 30mm
  • Foret Forstner Diam 40mm
  • Foret bois diamètre 6mm
  • Foret bois diamètre 8mm
  • Foret bois diam. 3/16″
  • Foret bois diam. 1/4″
  • Foret bois diam 1/2″
  • Taraud
  • Trusquin
  • Tranchet
  • Equerre de précision (à renvoi)
  • Crayon
  • Réglet métal
  • Pistolet de traçage
  • Chiffons (confection d’un tampon pour l’application de l’huile)

Conception

Le rabot à refendre, c’est l’outil complémentaire à la scie à refendre et permet de  couper une planche en deux dans le sens des fibres et sur le chant, chose difficilement réalisable avec des outils classiques.

Ce rabot est constitué d’un bloc de hêtre avec une poignée ergonomique et équipé d’une lame de scie sur la semelle montée dans une rainure.  Cette lame ressort de 20mm et permet de pratiquer une rainure dans la pièce à refendre.
Sur son flanc, le rabot possède deux tiges perpendiculaires sur lesquelles un chariot coulisse.  Ce chariot permet de maintenir la lame à une distance constante et réglable du bord de la face de la planche à refendre.

Les tiges sont refendues dans l’épaisseur du rabot et des coins de noyer (pour le contraste de la couleur des essences) les maintiennent en place.

Le chariot est composé de deux parties inférieure et supérieure.  Un boulon à clé 6 pans est utilisé avec une rondelle pour serrer la partie supérieure du chariot sur le corps du chariot (partie inférieure) et ainsi de maintenir le chariot sur les tiges à une distance donnée de la lame.

Le design de la poignée s’inspire des poignées des scies à dos qui sont dans ma caisse à outils.

 

Réalisation

La réalisation commence par la fabrication d’un gabarit en contre-plaqué que l’on découpe pour reporter la forme du rabot sur le bloc de hêtre qui le constituera.

Les emplacements des trous sont reportés puis percés.

Le bloc est façonné en faisant des traits de scie et en enlevant la matière à l’aide d’un ciseau à bois.

La forme est ensuite affinée à l’aide de râpes à bois.

Et la surface est rabotée pour une état impeccable.

Afin de continuer la mise en forme, des lignes sont tracées sur lesquelles on va pouvoir s’appuyer pour arrondir les contours.

Un petit coup de râpe pour dégrossir…

Puis à la râpe plus fine pour affiner et faire le rabot à la main.

Un coup de ponçage au papier abrasif permet d’effacer les défauts de surface.

Ensuite, le perçage des trous qui viendront accueillir les vis de fixation de la lame doit être effectué en calculant minutieusement la profondeur des perçages pour prendre en compte l’épaisseur du bloc afin que l’empilage des cotes permette une jonction et un appui des vis et des écrous dans les trous.

On réalise également le perçage des tiges perpendiculaires.

Noter que les trous des vis de fixation ne sont pas débouchants pour le moment.  Le but est de s’appuyer sur la trace laissée par la pointe de centrage du foret qui vient de percer pour centrer le foret de diamètre plus petit du trou débouchant.

Pour effectuer la rainure qui va accueillir la lame, il suffit de raboter une chute à l’épaisseur nécessaire pour que la lame soit placée au milieu du bloc de hêtre et d’y fixer la lame à l’aide de vis.

Il faut alors faire des passes, rabot sur le flanc, sur la lame fixée au bâti.

…Jusqu’à la profondeur maximale.

Les tiges perpendiculaires sont débitées à partir de baguettes cylindriques de diamètre 20mm en hêtre et refendues en bois de bout afin d’accueillir les coins de noyer qui les maintiendront en place.

Les coins sont débités en bois de fil à partir d’une chute de noyer.

Après ces nombreuses opérations de façonnage, la surface des flanc du rabot montre quelques « blessures ».

La surface est rectifiée en utilisant un linge humide appliqué sur le bois sur lequel on passe un fer à repasser chaud.  L’humidité pénètre dans les fibres et la vapeur redresse la surface.

Le bloc qui constituera le chariot latéral est alors positionné sous le rabot…

…afin que les trous du bloc latéral soient placés exactement face à ceux du rabot.  Ça permet de conserver le parallélisme des tiges et éviter que le déplacement du chariot soit rendu difficile par des trous mal positionnés (en particulier lorsque le chariot latéral se rapproche du rabot).

Le tracé de la forme du bloc du chariot latéral est effectuée au pistolet.

La partie supérieure est partiellement découpée.

La pièce est dégrossie à la scie.

Puis affinée à la wastringue.

Le trou qui accueillera le boulon pour la clé à 6 pans est percé.
Tout d’abord au foret Forstner pour créer l’épaulement.

Puis au foret de diamètre 8mm sur un centimètre environ et enfin au foret de 6mm qui permettra le taraudage.

Un taraud permet d’imprimer le filet qui viendra tenir le boulon.

Le bloc du chariot latéral est recalé sur les deux bois de bout et la moitié haute est découpée.

Les deux surfaces ainsi avivées sont rabotées au rabot à recaler pour obtenir des surfaces parfaitement planes et perpendiculaires aux surfaces de référence.

La pièce d’ajustement (partie supérieure de la partie supérieure) est également découpée et les surfaces sont rabotées.

Le chariot est formé des deux moitiés assemblées à l’aide de tourillons et la découpe de la partie supérieure est terminée à la scie à chantourner.

Les tiges sont passées dans les trous du rabot et les coins de noyer y sont enfoncés et collés.

Noter l’orientation des coins: il sont placés de telle manière que l’écartement que leur mise en place induit se fasse dans le sens des fibres du rabot.  S’ils avaient été placés parallèlement aux fibre, leur mise en place aurait induit des contraintes qui auraient pu entraîner un éclatement du rabot le long de la fibre.

La partie protubérante de l’assemblage est mise affleur à la scie à affleurer puis au rabot de paume.

Le chariot est alors fixé et il apparaît que sa surface d’appui n’est pas parallèle à la lame.

La guimbarde est utilisée pour rectifier le défaut en s’appuyant sur le flanc du rabot comme surface de référence.

La finition se fait à l’huile de Tung pour solidifier la surface du bois à l’impact.

 

Alors comment ça marche???

Le rabot à refendre n’est rien sans la scie à refendre:

Pour refendre une planche, il suffit de faire un trait de scie à l’aide du rabot à refendre sur l’ensemble des chants et bois de bout de la planche en appuyant le chariot latéral sur la face de la planche à refendre.

La lame de la scie à refendre est introduite dans la fente en bois de bout de la planche à refendre et il suffit d’actionner la scie.
La scie va naturellement prendre le chemin de moindre résistance et qui est défini par le trait de scie fait au rabot à refendre.
Il faut néanmoins un certain contrôle pour que la lame ne morde pas dans les planches et ne dévie pendant l’action de sciage.

Une fois la moitié de la longueur de la planche dépassée, la planche à refendre est retournée et l’on scie à la scie à refendre depuis l’autre bois de bout jusqu’à la jonction des deux traits.

On obtient deux planches qu’il suffit de raboter pour obtenir des planches refendues et exploitables…

Pour information, entre le sciage de refente, le rabotage, l’opération coûte environ 4mm d’épaisseur de la planche initiale.

Les applications?  La fabrication des parois de boîtes en bois, partition dans des boîtes, partition dans des tiroirs, des parois de tiroirs, courber des pièces par lamination…

Maintenant, je dis ça, je dis rien…!

Suite au prochain épisode…

 

 

Article T2Woodworks: Rabot à refendre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s