Planche à Recaler

        Planche à recaler en MDF, contreplaqué et chêne

20140502_180358

 

 

Matériaux

  • MDF ép. 19mm
  • Contreplaqué ép. 10mm
  • Tasseaux de chêne massif
  • Vis
  • Colle

Outils à main

  • Rabot à recaler
  • Rabot de paume
  • Ciseaux à bois
  • Scie
  • Rapporteur de précision ou équerre de précision
  • Outils de mesure et de tracé

Outils électroportatifs

  • Scie circulaire
  • Visseuse
  • Aspirateur

Finition

  • Vernis transparent

Difficultés techniques

  • Assurer la perpendicularité entre la piste du rabot et le tasseau de recalage

 

Description

Une planche à recaler, c’est tout simplement un dispositif qui permet de raboter le bois de bout du morceau de bois sur le quel on travaille.  Elle rentre donc en jeu lors de l’étape du dimensionnement des débits en permettant de raboter le bois de bout à une longueur exacte, et ce avec une précision très, très fine.  C’est une bonne base sur laquelle s’appuyer pour faire des tenons, des queues d’arondes, etc…

C’est une planche sur laquelle la pièce à travailler est mise en appui sur un tasseau.  Le rabot à recaler est actionné sur une « piste » perpendiculaire à l’axe de la pièce et vient raboter le bois de bout de la pièce.

C’est un moyen particulièrement efficace pour mettre le bois de bout au carré et, enrichie d’un dispositif lui aussi facile à réaliser, il est possible de faire des découpes d’onglet à 45° et d’ajuster parfaitement les baguettes d’un cadre ou les bords d’une boîte.

La base de la planche est en MDF de 19mm d’épaisseur tandis que le plateau est en contreplaqué de 10mm d’épaisseur.

Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit avant tout d’un accessoire pour l’outillage à main, facile à réaliser et qui a pour avantage non négligeable de considérablement gagner en précision d’assemblage.

On va tout de suite voir comment la planche à recaler se fabrique.

Réalisation

Les plans sont disponibles ici  et les longueurs sont exprimées dans le système empirique (un pouce vaut 2.54cm, autrement dit 1″ = 2.54cm et des fractions de pouces sont utilisées).  Un site d’un passionné traitant de la planche à recaler et du rabot à recaler est disponible ici (en anglais).  Ca c’est pour la théorie.

La pratique?   Passons à la réalisation: n’ayant pas de CP de 10mm sous la main, j’ai collé deux planches de CP de 5mm entre elles pour constituer le plateau.

 

20140501_140719

 

Et pressé avec ce que j’avais sous la main (le lecteur assidu remarquera avec beaucoup de pertinence le réemploi à bon escient des projets antérieurs!):

20140501_141559

Le plateau est ensuite collé-vissé sur le MDF en prenant soin de repérer l’emplacement de la gorge sur les chants de la base.  En effet, la colle n’est pas appliquée du côté de la piste (sur l’image, sous la partie droite du contreplaqué, c’est à dire à droite des vis): un trait de scie circulaire ajusté en profondeur permettra de faire d’une pierre deux coups, découper la sur-longueur du plateau et créer la gorge parfaitement à fleur avec le plateau.

 

20140501_170518

 

Une fois le plateau mis en place, il s’agit de débiter le tasseau de calage (une latte d’une chute de panneau de chêne latté fera parfaitement l’affaire)…

20140501_173501

 

…puis de le raboter pour obtenir une face parfaitement plane.

20140501_182153

Le tasseau doit alors être placé parfaitement d’équerre par rapport au rail.  C’est une opération essentielle et une condition sine-qua-non pour que le bois de bout à recaler soit lui aussi d’équerre.  Trois méthodes permettent d’obtenir une perpendicularité avec une précision croissante:

  • A l’aide de serre-joints placés à ses deux extrémités, le tasseau est maintenu d’équerre (avec une équerre, tant qu’à faire) puis vissé.  C’est simple, c’est ce que montre Derek de Perth dans son site mais il y a plus précis…
  • En utilisant la même méthode, on solidarise le tasseau de recalage avec la planche en le vissant côté piste et en le fixant à l’aide de serre-joints uniquement de l’autre.  La vis côté piste assure une stabilité du tasseau lors des passes du rabot à recaler.  Ensuite, on effectue un recalage sur une pièce d’essai en prenant appui sur le tasseau ainsi fixé.  La perpendicularité du bois de bout sur la pièce d’essai est évaluée avec en utilisant une équerre de précision (ou un rapporteur de précision) et le tasseau de recalage est réajusté en desserrant un peu le serre-joint et en tapotant pour rectifier sa position.  En réitérant cette étape, on aboutit à une perpendicularité parfaite.
  • On utilise exactement la même méthode en prenant une pièce de bois de 20cm x 20cm environs (qu’on appellera le carré d’essai).  On règle la position initiale du tasseau de recalage à l’aide de la deuxième méthode décrite ci-dessus, on effectue un recalage d’un côté du carré d’essai puis on lui donne un quart de tour (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour une planche à recaler pour droitier, dans le sens des aiguilles d’une montre pour une planche à recaler pour gaucher).  On réitère le recalage sur les trois côtés suivants.  Ensuite, on évalue la perpendicularité entre le premier et le dernier côté recalé à l’aide d’une équerre de précision ou d’un rapporteur à affichage électronique.  L’angle formé est alors représentatif du cumul par quatre fois de l’erreur de perpendicularité induite par la planche à recaler.  Il ne reste plus, à l’instar de la seconde méthode de tapoter devant, tapoter derrière le tasseau, à l’endroit du serre-joint, pour rectifier l’erreur et de réitérer la procédure de recalage afin d’aboutir à un angle droit parfait!

Il ne reste plus qu’à visser en quatre points et la planche est prête!

20140502_171157

La planche à recaler permet maintenant d’obtenir un bois de bout à 90° parfaitement.  Exactement (si le travail est bien fait!).

Une modification minime permet l’adjonction d’un gabarit pour recaler à 45° et faire de jolies coupes d’onglet.  Comment ça marche?  C’est très simple: suivez le guide…

 

Il nous suffira de découper un morceau de MDF à 45° très exactement (s’il est à peine inférieur d’un ou deux dixièmes de degrés, l’assemblage d’onglet ne s’en portera que mieux).  D’un côté, un tasseau de bois massif est vissé (ce tasseau fera office de tasseau de recalage) et de l’autre, un moyen doit être mis en œuvre pour permettre de placer le gabarit sur le tasseau de recalage à 90° sans qu’il ne bouge.

Pour cela, deux solutions:

  • Les tourillons: méthode simple et peu onéreuse qui nécessite néanmoins de s’y prendre un peu à l’avance et demande à réfléchir un peu quant à la localisation des trous qui les accueilleront.  Il faudra forer le tasseau de recalage à 90° avant de le visser et utiliser les petites pointes à tourillons pour déterminer la position exacte des tourillons sur la partie MDF du gabarit à recaler.
  • Les dominos, ou les tourillons à la tourillonneuse: méthode pour les fainéants riches puisqu’il suffit de fraiser les mortaises avec le même plan de référence sur le tasseau de recalage et la partie MDF du gabarit de recalage à 45° pour que ça s’emboîte parfaitement…

Que ce soit tourillons ou dominos, c’est le gabarit de recalage à 45° sur lequel seront collés les faux tenons (i.e. les tourillons ou les dominos).  Ce gabarit à 45° est visible dans le bas de la photo ci-dessous.
20140502_171228

Il ne reste plus qu’à fixer un tasseau pour appuyer la planche à recaler sur le bord de l’établi et d’y pratiquer deux trou avec une gorge puis d’y placer un anneau de corde pour la suspendre au rangement.

 

Bons copeaux!

 

20140502_180404

Article T2Woodworks: Planche à reclaer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s